"Drôles d'Arbres !"

par Louis Porquet, dans "Affiches de Normandie" du 13/07/2005.

La fabrique, l'homme et l'enfant arbre - 2005

De Philippe Aïni, on connaissait surtout les corps et les visages. Et voilà qu’il se lance dans l'arboriculture. A l'occasion de la dernière édition de Viva Cité, il a livré à Sotteville quelques espèces uniques et rarissimes comme "Le peuple-y-est", "L'arbre-oiseau", "Le faiseur de larmes" ou "l'écorché", sans oublier son fameux "Arbre à seins", muni d'étranges tubercules roses qu’il n’est pas utile de décrire.

Reconnu comme un phénomène de l'art brut et un personnage truculent, Philippe Aïni s’est pris, au cours des derniers mois, d’une rare affection pour les arbres, ces créatures qui ne demandent qu’à respirer en paix.

Idée ludique et quelque peu loufoque de faire "pousser" d’étranges essences au cœur même de son atelier d’Oissel. L’armature de ces arbres est en acier inoxydable que l’artiste recouvre de tissu ignifugé. Il n’oublie pas non plus son vieux slogan : "La bourre, pas la guerre !" dépiautant de vieux matelas pour en transformer le contenu en œuvres d’art pour le grand air. Après ses robes très érotiques, Aïni a fait naître un véritable petit parc composé d'espèces aussi fantasques qu’inattendues, comme le "goutte à goutte" autrement dénommé "arbre à nichons" (sic), "l’arbre chewing gum" (interdit de séjour dans les écoles sauf dans celle où Aïni à élu domicile), "l'échorche", un géant de 6 mètres de haut, "le baobarbre", "la mangrove" et toutes sortes d’hybrides où jambes, bras et têtes remplacent les branches traditionnelles. Les "médecins" les plus farfelus n’y avaient même pas pensé. Quelle attraction aurait-ce été pour les parcs de loisirs des mégapoles tentaculaires ?

Le buisson - 2005 - © JL Weber

Toujours aussi provocateur, mais avec, reconnaissons-le, un grand sens imaginatif, Aïni décoiffe une fois de plus le visiteur, tentant de le faire réfléchir aux vaines entreprises humaines. Après le Luxembourg, Paris et la Belgique, on l’attend à Prague et en Alabama, dans le "Deep South". Peut-être pourrait-il y planter un "arbre de la paix" tout chargé de fruits noirs et blancs ?