"Le théâtre mystique de la Vie de Philippe Aïni"

par Nina Zivancevic, pour New-York Arts Magazine.

L'arbre - 2002 - Crée à New-York

Que dire d'un artiste qui a déjà (à l'âge de 50 ans) réalisé plus de 10000 travaux lyriques, dans la peinture ou dans la sculpture et la conception "fonctionnelle" que certains aiment appeler "l'installation environnementale" ? On pourrait dire qu'il est remarquablement prolifique tandis que d'autres déclareraient que Philippe Aïni reste profondément humain dans n'importe quelle entreprise artistique qu'il entreprend. Cet artiste français et international, autodidacte et intelligent, a commencé à peindre des portraits visionnaires et fortement caricaturaux à l'âge de 22 ans. Il avait justement observé, déjà, que quelque chose était faux dans le monde où il vivait et s'est tourné vers ses rêves prophétiques, d'expressionniste, où les humanoïdes gouvernent la planète et s'accouplent de temps en temps, levant parfois leurs silhouettes animistes au niveau visuel de Christ tombé qui a mérité d'être ressuscité. Parfois cette créature Divine s'est trouvée être l'image érotique d'une femme, et parfois même celle d'un cadavre démembré comme dans sa peinture "Unijambiste".

Il fut un temps où l'artiste ne savait même pas qu'il était un créateur, et où, rendu fou par la rage, il déchirait "la substance dont les rêves étaient faits", c'est-à-dire son matelas, pour en enlever la bourre et en faire des sculptures. Et parfois la colère plus grande encore, emmenait Aïni en de nombreux voyages, ailleurs, au royaume de totems et d'aborigènes qui ont enrichi son travail d'expressions dramatiques que nous trouvons dans ses représentations autochtones, comme sa première sculpture, d'un voyage, intitulée "Chameau". Il peindrait certaines de ces créatures avec des couleurs brillantes et certaines -particulièrement dans ses premiers travaux- dans des tons monochromatiques. Presque tous ont des visages déformés avec une expression très douloureuse.

Certains des corps d'Aïni, peints ou sculptés, ont une apparence sacrificielle, mystique, comme s'ils étaient venus directement du plus grand théâtre de vie symbolisée dans le premier Christianisme. Ils sont là pour évoquer un rituel religieux, un moment extatique de la vie ou une Épiphanie spirituelle qui est née dans la rue, mais est montée plus tard au ciel, éclairée par cette lumière du Nord particulière que nous trouvons dans la structure de cathédrales gothiques françaises. L'artiste a dit de ses sculptures humanoïdes la chose suivante :

"Je les ai déjà vus comme des divinités -comme des Dieux ou des Déesses- et je les ai moi-même faits de la façon dont le Seigneur crée des hommes : il y a un moule (le squelette) auquel j'ajoute le plâtre (la chair) et les colore ensuite (utilisant la peinture comme leur peau)".

Pendant les cinq dernières minutes de sa "divine" création Aïni subit l'état d'Épiphanie -il croit qu'il est lui-même devenu le Créateur Tout-puissant et essaye "de remplir la distance entre le chevalet et son travail". Ses sculptures de bronze, plus petites en taille, parlent de douceur et de tendresse formelle incroyable comme la sculpture "Je t'aime" où l'artiste, au travers de l'acte d'amour, essaye de s'échapper des règles basiques que sont vivre et mourir.

L'homme âgé qui fait - 2002 - Crée à New-York
L'indispose - 2002 - Crée à New-York

La plupart de son travail récent est grand dans la taille et il y a des silhouettes tenant des mains, s'accouplant par les mouvements serpentins de Kundalini ou se délivrant l'un l'autre dans des groupes, parfois hauts de 6 mètres et indomptables dans l'esprit. Parfois, ce sont juste des "humains" en longs cortèges et placés sur des colonnes antiques comme sur sa tour de 1994 : "Modestie". Ces masques héroïques remplis avec les expressions diverses de vie sont toujours trouvés dans des situations profondément humaines, quelque peu poussées à l'extrême, où ils représentent ce théâtre de vie qui laisse peu d'espace pour la contemplation calme et sereine. Les femmes d'Aïni parlent de nuits remplies de sexe fougueux et de basses formes d'érotisme -elles sont les Madonnes existentielles qui ont séduit un prêtre local et ont manqué leur baptême. Ses hommes jouent les chansons joyeuses de la vie avec des accents tragiques -ils sont les musiciens antiques de Dionysos qui ont pris leur pénis pour une flûte et ont fait danser la Mort aux mélodies de leurs chansons. Dans cet aspect particulier, Aïni s'approche de l'artiste Médiéval qui chante sa chanson à Personne utilisant un langage illustré fortement particulier et, oui, de cette origine française qui a enrichi l'histoire d'art Primitif pendant une éternité.

Malgré tout, en raison du fait que Philippe Aïni peuple l'espace contemporain, où tant le marché de l'art que les clients commercialement significatifs transforment les images Divines en "pissoirs" Duchampesques, cet artiste sérieux a aussi décidé de s'approcher du mentionné chiffre d'affaires (la tournure d'événements) avec l'humour et l'ironie.

Les fausses prières pour l'argent et le confort matériel offert par des idoles contemporaines également fausses qu'il transforme en sujet d'événements de salle de bains réelles en construisant des toilettes, des baignoires et des lavabos en forme des corps humains sur lesquels il est aisé de s'asseoir, facilement nettoyés et pourtant difficiles à digérer visuellement et à oublier. Le travail moins monumental de Philippe Aïni (des peintures, des sculptures, des corsets peints et des masques) est en exposition permanente dans la galerie Parisienne "les Singuliers" mais ce rêveur exceptionnellement doué montrera aussi son art dans la ville de New-York lors d'une exposition collective appelée "The Outsider's art" qui est prévue pour la dernière semaine de janvier 2002.